Dans le cadre de l’organisation de la CAN féminine de football dans notre pays, le Premier Magistrat de la Ville de Yaoundé et acteur déterminant dans  la réussite de ce grand rendez-vous, fait le point sur les préparatifs.
La ville de Yaoundé fait partie des cités qui accueillent les rencontres de la Coupe d’Afrique féminine de football, édition 2016. En votre qualité de Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé, Comment avez-vous reçu ce choix porté sur la Capitale Politique Camerounaise ?
 En tant que premier Magistrat de la ville, je ne pouvais que bien accueillir cette décision. Je l’ai reçue comme étant une bonne nouvelle. Quand des gens viennent chez vous, pour une fête, vous êtes obligé de prendre les dispositions qui s’imposent à votre niveau. Des dispositions devant rendre agréable le séjour des visiteurs. Des dispositions aussi, pour que votre ville soit elle-même contente, pour ne pas dire belle.
Concrètement quelles sont les dispositions prises ?
J’ai lancé des communiqués destinés aux populations. Ces Communiqués demandent aux propriétaires des immeubles de faire  la propreté, surtout des zones donnant sur les grandes routes. Des sommations ont été adressées aux propriétaires qui ne suivent pas. Des sommations ensuite appuyées par un ensemble de procédures règlementaires.
Les Maires sont-ils impliqués dans cette opération d’embellissement ?
Les maires devraient eux-mêmes mener des actions de propreté, à leur niveau. De mon côté tout a été mis en œuvre, afin de changer le visage des mobiliers urbains. Au niveau du Marché de fruits, par exemple, les installations ont reçu une nouvelle jeunesse ; au marché des fleurs le décor brille ; à la descente de la Pharmacie du Soleil, nos équipes se sont mobilisées afin d’assurer le nettoyage quotidien. En tout cas, tous les mobiliers urbains sont éblouissants. La Communauté Urbaine tient à ce que ces sites soient commodes surtout que de nombreux visiteurs certainement s’y rendront. Tous les sites de la Capitale bénéficient de la même attention. Le Bois Sainte Anastasie, les Cascades etc. Nous n’avons pas oublié la mise en état des toilettes, dans différents coins de convivialité.
Le Délégué du Gouvernement se sent-il prêt et serein ?
Je suis prêt et serein. D’ailleurs, cette Coupe d’Afrique se joue au moment où Yaoundé se met déjà aux couleurs des fêtes de fin d’année. Donc nous n’avons pas attendu cet évènement sportif d’envergure pour égayer la physionomie de notre Capitale.
Escomptez-vous des retombées de cette compétition ?
Des retombées ? C’est d’abord la satisfaction personnelle. Des Délégations arrivent et se montrent heureuses d’être chez vous. Dites-moi s’il y a mieux que ce plaisir sans mélange ? Ceux qui viennent garderont de bons souvenirs de leur séjour. Nous les verrons dans nos restaurants, nos bars, nos marchés. Un séjour que les uns et les autres s’arrangeront à immortaliser, à travers des prises de vues. J’invite d’ailleurs les visiteurs qui aimeraient se marier à Yaoundé durant la CAN, à s’approcher  de l’Hôtel de Ville. Ils y trouveront un cadre de rêve et toutes les facilités. Donc, comme on dit ; ce qui est bien est bien. J’aime ce qui est beau, et je dois présenter un beau visage de Yaoundé à cette occasion.
Allez-vous inviter vos administrés à se rendre massivement au stade et à demeurer soudés derrière les Lionnes indomptables ?
Il faut d’abord que ces lionnes jouent bien. A une époque, des tournois de lutte traditionnelle se déroulaient dans nos villages. Quand votre contrée présentait des lutteurs forts toutes les maisons se vidaient. Parce qu’il fallait être sur les lieux des Compétitions, et soutenir ces lutteurs faisant la fierté du village. Est-ce qu’on pouvait inciter à aller soutenir des fainéants ? Le football se joue au stade, et non dans la bouche. Nos Lionnes doivent mouiller le maillot. Je le dis tout le temps. Quand vous êtes candidats à un examen, en allant composer, mettez-vous dans la peau d’un élève à la limite moyen, et qui voudrait fournir le meilleur de lui-même ce jour-là. En se présentant comme un élève supérieur, vous risquez de perdre la tête. Vous avez suivi nos filles, qui se rendaient en Jordanie ? Elles ont promis au Ministre des Sports et de l’Education Physique leur qualification pour le second tour. Notre Délégation a plutôt été couverte de honte. Donc, il faut accepter de se battre et de mouiller le maillot, d’avoir l’humilité de ne pas donner sa parole.

  • (176)

Articles similaires

Soirs au village de la Can

E lire la suite

La nouvelle synagogue de l’art et de la c lire la suite

 

Mvog-Mbi a autrefois port&eacu lire la suite

La Communauté Urbaine de Yaoundé lire la suite



laisser un commentaire